AFP

éducation défense gouvernement jeunesse armée France June 16 2019 - 2:04 PM

La France expérimente un service national pour les ados Paris, 16 juin 2019 (AFP) - Vingt ans après la fin du service militaire en France, 2.000 adolescents expérimentent à partir de dimanche un nouveau service national mixte, un projet cher au président Emmanuel Macron, qui veut renforcer la "cohésion de la nation". Agés de 15 ou 16 ans, ces filles et garçons seront hébergés pendant une douzaine de jours hors de leur domicile pour être formés aux premiers secours ou aux réflexes à adopter en temps de crise. Ils devront aussi effectuer dans l'année à venir un stage de volontariat de deux semaines au sein d'une association, d'une maison de retraite, chez les pompiers ou dans l'armée... Ce service national universel (SNU) - qui doit devenir obligatoire d'ici quelques années - était une promesse de campagne du candidat Macron, qui y voit un moyen de renforcer la mixité et la cohésion sociale dans un pays divisé entre riches et pauvres et traumatisé par une série d'attentats djihadistes depuis 2015. Face au manque d'enthousiasme de l'armée, qui redoutait d'être fortement mise à contribution, ce service est toutefois devenu au fil des mois plus civique que militaire. Pour cette première édition, à échelle réduite, 2.000 volontaires ont été sélectionnés parmi 4.000 candidats, dont 50 en situation de handicap. Systématiquement envoyés dans une autre région que la leur, ils sont hébergés dans des internats, des centres de vacances ou des campus universitaires. Quelque 450 adultes sont en charge de l'encadrement. Dotés d'un uniforme et d'une casquette bleu marine, estampillés d'une cocarde tricolore, ils se lèveront tous les matins à 7 heures et participeront à 08H00 à une cérémonie de levée des couleurs, avec salut au drapeau et chant de la Marseillaise. Au programme: des activités physiques en pleine nature, des visites de sites, une sensibilisation aux valeurs de liberté, égalité et fraternité ou à la connaissance des principaux services publics... Une heure de temps libre est prévue en fin de journée, pendant laquelle ces jeunes pourront utiliser leur téléphone portable, proscrit le reste du temps. Soutenue par les trois quarts des Français (74%) selon un récent sondage de l'institut IFOP, cette initiative est toutefois critiquée par certains, sceptiques sur la réalité d'une meilleure "cohésion" de la nation par la grâce de deux semaines passées en commun. Les organisations étudiantes déplorent également son coût faramineux alors que l'enseignement supérieur crie misère. Le dispositif, qui sera inscrit dans la Constitution, est appelé à se généraliser au fil des ans à l'ensemble d'une classe d'âge, soit 800.000 adolescents, ce qui représenterait à terme un budget annuel d'environ 1,6 milliard d'euros. Emmanuel Macron est le premier chef de l'Etat français à ne pas avoir fait son service militaire - dix mois d'engagement obligatoire pour les jeunes hommes au sein de l'armée - supprimé en 1997 par l'ancien président Jacques Chirac. fmp-cb/mw/cjc

Issue 78