AFP

Israël santé virus épidémie armée judaïsme 3 April 2020 - 17:19

Coronavirus: en Israël, l'armée déployée en "aide" à une ville ultra-orthodoxe Jérusalem, 3 avr 2020 (AFP) - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a donné son feu vert vendredi au déploiement de soldats pour "assister" les autorités civiles à Bnei Brak, ville ultra-orthodoxe considérée comme le coeur de la pandémie de Covid-19 en Israël. Israël a officiellement recensé 36 décès dus au nouveau coronavirus et plus de 7.000 cas confirmés dont, selon les médias locaux, la moitié d'entre eux chez les juifs ultra-orthodoxes qui représentent environ 10% de la population du pays. Le refus de nombreux ultra-orthodoxes de se plier aux mesures de confinement et de distanciation sociale des autorités a poussé la police à mener des patrouilles spéciales dans des quartiers religieux, et les autorités à limiter les accès à Bnei Brak. Cette ville majoritairement ultra-orthodoxe, qui compte environ 200.000 personnes, est située en banlieue de Tel-Aviv. "A la suite de restrictions liées au coronavirus et à la lumière de la situation particulière à Bnei Brak, les forces armées israéliennes vont présenter immédiatement une aide civile nécessaire à la municipalité de Bnei Brak afin de lui permettre de remplir ses responsabilités", a déclaré le Premier ministre. M. Netanyahu, qui s'est replacé jeudi en confinement volontaire après que son ministre de la Santé, l'ultra-orthodoxe Yaacov Litzman, a été testé positif, a fait cette déclaration à l'issue de discussions avec des responsables militaires et sécuritaires du pays. L'armée va déployer dans cette ville l'équivalent de deux bataillons, ce qui représente au total entre 800 et 1.000 soldats, a précisé le porte-parole de l'armée, Jonathan Conricus, assurant que leur mission était "d'assister" les autorités civiles en raison "de l'absence relative de mise en oeuvre des consignes du ministère de la Santé" à Bnei Brak. Le soldats vont distribuer de la nourriture et des médicaments, aider à l'évacuation de certaines personnes présentant des symptômes du virus et mener une "campagne d'information" car nombre "d'ultra-orthodoxes" ne consultent pas les mêmes médias que le reste de la population. Vêtus de veste orange, de gants et de masques de protection, la "majorité" des soldats ne seront pas armés, a-t-il souligné. "Un faible pourcentage de commandants sera armé", a précisé M. Conricus lors d'une conférence en ligne avec un petit groupe de journalistes. "Nous prévoyons qu'il y aura des malentendus, peut-être aussi de la frustration et peut-être même plus et nous prenons tout cela en considération", a-il ajouté, reconnaissant que la situation sur place était "très délicate" et "non sans risque". gl/alv/on

Issue 83