Issue 66  
Afp-Feed: Argentine-armée,PREV - 15.11.2018 Afp-Feed: USA-Japon-Okinawa-diplomatie-défense - 15.11.2018 Afp-Feed: US-defence-contract - 15.11.2018 Afp-Feed: USA-industrie-défense-entreprises-contr - 15.11.2018 Afp-Feed: US-Japan-Okinawa-diplomacy-defense - 15.11.2018 Afp-Feed: USA-Chine-Russie-défense-armes-politiqu - 15.11.2018 Afp-Feed: US-Indonesia-aviation-accident,FOCUS - 15.11.2018 Afp-Feed: ONU-France-Centrafrique-diplomatie-conf - 15.11.2018 Afp-Feed: USA-Mexique-défense-migrations-politiqu - 15.11.2018 Afp-Feed: US-military-Russia-China - 15.11.2018 Afp-Feed: Israel-Palestinians-conflict-Gaza,WRAP- - 15.11.2018 Afp-Feed: diplomatie-France-USA-défense-2ELEAD,2E - 14.11.2018 Afp-Feed: CôteIvoire-Armée-mutinerie-politique - 14.11.2018 Afp-Feed: US-military-border-politics - 14.11.2018 Afp-Feed: USA-Indonésie-industrie-aéronautique-ac - 14.11.2018 Afp-Feed: armée-RDCongo-ONU - 14.11.2018 Afp-Feed: Science-space-planet-discovery,WRAP - 14.11.2018 Afp-Feed: Israel-Palestinians-conflict-Gaza-polit - 14.11.2018 Afp-Feed: Israel-Palestinians-conflict-Gaza,WRAP- - 14.11.2018 Afp-Feed: Israël-politique-défense-Palestiniens-c - 14.11.2018
International Defense News-AFP
12.07.2018 18:02

Otan-USA-Allemagne-défense-diplomatie-énergie-commerce-gaz,PREV

Otan-USA-Allemagne-défense-diplomatie-énergie-commerce-gaz,PREV Dépenses militaires: Trump affirme avoir fait plier les Alliés (PAPIER GENERAL-ACTUALISATION) Par Christian SPILLMANN et Jerome CARTILLIER =(Photo+Video+Infographie)= ATTENTION - revoici avec coquilles corrigées aux 7e et 14e paragraphes /// Bruxelles, 12 juil 2018 (AFP) - Donald Trump a affirmé jeudi avoir obtenu l'engagement des Alliés des Etats-Unis à accélérer la cadence pour augmenter leurs dépenses militaires. A l'issue d'un sommet de l'Otan sous tension à Bruxelles, il s'est déclaré "très content" des résultats. "Ils ont accepté de payer et de payer plus rapidement", s'est félicité le président américain lors d'une conférence de presse non programmée avant de quitter Bruxelles pour Londres. "Depuis l'élection de M. Trump, de l'argent frais est arrivé: 41 milliards de dollars supplémentaires pour les dépenses militaires des Alliés, ce qui est substantiel. Nous avons besoin de nouvelles augmentations substantielles", a ensuite précisé le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg. L'engagement souscrit en 2014 de consacrer 2% de leur PIB aux dépenses de défense pour 2024 reste inscrit noir sur blanc dans la déclaration commune agréée mercredi par les leaders des 29 pays membres de l'Alliance. Mais une quinzaine de pays, dont l'Allemagne, le Canada, l'Italie, l'Espagne et la Belgique sont encore très loin de l'objectif, avec moins de 1,4% de leur PIB pour la Défense en 2018, et certains se disent incapables de respecter leur parole en 2024 en invoquant leurs contraintes budgétaires. Ce qui a ulcéré le locataire de la Maison Blanche. Donald Trump était arrivé à Bruxelles mardi soir décidé à leur forcer la main. Il n'a eu de cesse de mettre le sommet sous pression à coup de messages sur son compte Twitter et de déclarations peu amènes à l'adresse des mauvais payeurs. Cible privilégiée de sa vindicte: l'Allemagne, qui a été accusée de débourser des milliards pour des achats de gaz et de pétrole à la Russie au lieu de contribuer aux dépenses de défense. L'Allemagne a prévu de consacrer 1,5% de son PIB aux dépenses militaires en 2025. - "Je crois en l'Otan" - M. Trump a renouvelé ses exigences jeudi, lors de la seconde journée du sommet, et le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a été contraint de convoquer en urgence une réunion extraordinaire pour désamorcer un risque de crise majeure. "Je m'attendais à une discussion franche et c'est ce qui s'est passé hier et aujourd'hui. Les Alliés ont compris que le président Trump était très sérieux sur la question des dépenses", a reconnu le chef de l'Otan. Le président américain a revendiqué une victoire. "Les Alliés pouvaient être inquiets, car hier j'étais extrêmement insatisfait de ce qui se passait et ils ont considérablement renforcé leurs engagements. Maintenant, nous sommes très heureux d'avoir une Otan très puissante, très forte, beaucoup plus forte qu'il y a deux jours", s'est-il félicité. "J'aurais pu utiliser la menace (de quitter l'Otan) mais cela n'a pas été nécessaire", a-t-il assuré en réponse à une question en ce sens. "J'ai obtenu des progrès extraordinaires par rapport à mes prédécesseurs", a-t-il soutenu. "L'Allemagne a accepté d'accélérer le tempo pour augmenter ses dépenses militaires", a expliqué Donald Trump. Mais la chancelière Angela Merkel s'est contentée de rappeler que "les Allemands savent qu'ils "doivent faire plus et que nous le faisons depuis un certain temps". Elle a simplement confirmé l'objectif d'1,5% du PIB allemand en 2025. Les chefs des gouvernements italien et espagnol, Giuseppe Conte et Pedro Sanchez, ont promis que leurs pays respecteraient les engagements souscrits par leurs prédecesseurs, mais en excluant d'augmenter les contributions. Après les menaces, l'apaisement: "Je crois en l'Otan. L'Otan est plus fort qu'il y a deux ans", a lancé le président américain à l'issue du sommet. Un sentiment partagé par son homologue français: "L'Otan sort plus fort" de son sommet, a renchéri Emmanuel Macron. La France respectera ses engagements pour parvenir à consacrer 2% de son PIB à ses dépenses militaires. "Nous y serons en 2025", soit un après après le délai imparti, a réaffirmé jeudi la ministre des Armées Florence Parly. "Nous sommes pleinement en ligne avec ce qui a été acté dans la déclaration finale qui a été adoptée mercredi de manière consensuelle", a-t-elle argué. - Poutine à Helsinki - Le président américain est arrivé jeudi après-midi au Royaume-Uni pour une visite officielle, au cours de laquelle il rencontrera la reine Elizabeth II et la Première ministre Theresa May. Il se rendra ensuite à Helsinki pour un sommet bilatéral historique avec le président russe Vladimir Poutine lundi. La déclaration finale du sommet de l'Otan est un véritable réquisitoire contre la politique étrangère de Vladimir Poutine. Jens Stoltenberg a averti que "toute interférence" dans le processus d'adhésion engagé avec l'ancienne République Yougoslave de Macédoine serait "inacceptable" pour l'Otan. Vladimir Poutine "n'est pas mon ennemi (...) En fin de compte, c'est un concurrent, il représente la Russie, je représente les États-Unis", a déclaré Donald Trump. csg-jca-agr/avz

Short Url:

Contact Us

Address : Teşvikiye Deryadil Sok. Şeren Apt. No: 104/10 Şişli 34365, İstanbul
Phone : +90 212 296 00 39
E-Mail : info@c4defence.com

Latest News

Agenda

RT LTA Unveils Skystar 12

The Israeli-based aerostat ...

Agenda

Armenia may Purchase JAS-

Armenia’s possible ac...

Agenda

Netherlands to Procure Of

The Netherlands has announc...

Twitter

COPYRIGHT © 2015 C4 Defence.