AFP

Pakistan manifestation armée justice January 29 2020 - 12:56 PM

Pakistan: libération d'un député d'un mouvement de droits civiques Islamabad, 29 jan 2020 (AFP) - Un député d'un mouvement de défense des droits de la minorité pachtoune, très virulent face à la puissante armée pakistanaise, a été libéré mardi soir après avoir été arrêté quelques heures plus tôt dans une manifestation, a-t-on appris mercredi de source policière. Mohsin Dawar "a été libéré mardi soir tard", a déclaré à l'AFP Zia Bajwa, un porte-parole de la police d'Islamabad. Mais les 23 autres personnes interpellées avec lui restent derrière les verrous, a-t-il poursuivi, ajoutant qu'elles étaient accusées notamment de trouble à l'ordre public et discours de haine. Le PTM (Mouvement de protection pachtoune) manifestait mardi dans les principales villes pakistanaises contre l'arrestation dans la nuit de dimanche à lundi de son leader Manzoor Pashteen, accusé notamment de sédition et de conspiration criminelle. A Islamabad, une centaine de personnes étaient rassemblées pacifiquement, avait constaté l'AFP, quand Mohsin Dawar a été arrêté. M. Dawar, un co-fondateur du PTM, a confirmé sa libération sur Twitter. "Nous attendrons jusqu'à jeudi pour avoir une idée complète de combien sont encore en prison. Après cela, nous manifesterons jusqu'à ce que chacun soit libéré", a-t-il écrit. Manzoor Pashteen, ex-étudiant en médecine vétérinaire, a été placé en détention préventive et demandera une libération sous caution jeudi, a déclaré son avocat Asad Aziz Mehsud à l'AFP. Mohsin Dawar et un autre député du PTM avaient été emprisonnés pour meurtre et terrorisme pendant près de deux mois l'été dernier puis libérés sous caution. Ils étaient accusés d'être impliqués dans un affrontement entre des sympathisants du PTM et des militaires en mai. L'incident, survenu près de la frontière afghane, dans les zones tribales du Pakistan, avait fait 14 morts, selon les autorités pakistanaises. Ces affrontements - le PTM affirme que l'armée a tiré sur un rassemblement non violent - faisaient suite à des mois de tensions entre le mouvement pachtoune et l'armée pakistanaise, que celle-ci avait mis en garde à plusieurs reprises auparavant. Depuis son apparition début 2018, le PTM multiplie les critiques envers la puissante armée, une ligne rouge à ne pas franchir au Pakistan. Il affirme que les militaires ont tué et fait disparaître des milliers de Pachtounes au cours d'opérations entre 2008 et 2014 contre des groupes extrémistes qui s'étaient réfugiés dans les zones tribales pakistanaises après la chute des talibans en Afghanistan en 2001, ce que l'armée nie. Les Pachtounes représentent environ 15% de la population pakistanaise. Ils sont majoritaires dans les zones tribales. sjd-st/je/jf/phv

Issue 79