AFP

Portugal Venezuela diplomatie transport aviation February 18 2020 - 6:10 PM

Lisbonne juge "inadmissible" la suspension de la compagnie aérienne TAP au Venezuela Lisbonne, 18 fév 2020 (AFP) - Le Portugal a réagi mardi avec virulence à la décision du régime de Caracas de suspendre les opérations de sa compagnie aérienne TAP au Venezuela, un geste considéré par Lisbonne comme "inadmissible" et "inamical". "Tout cela est inacceptable, incompréhensible et inadmissible", a déclaré aux médias le président Marcelo Rebelo de Sousa, faisant part de la "stupéfaction" des autorités portugaises devant "les attaques lancées d'abord contre la TAP mais aussi contre le Portugal et ses responsables". "C'est un acte inamical envers le Portugal, un pays marqué par l'équilibre et sa capacité à parler avec tout le monde", a souligné le ministre portugais des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva. Lundi, Caracas a suspendu pour 90 jours les opérations de la compagnie aérienne portugaise TAP vers le Venezuela, affirmant qu'elle avait permis à un proche de l'opposant Juan Guaido d'emporter des explosifs à bord d'un avion. Juan Marquez, oncle de l'opposant Juan Guaido qui voyageait en compagnie de son neveu de retour d'une tournée internationale aux Etats-Unis et en Europe, a été arrêté mardi dernier à son arrivée au Venezuela. Selon le président de l'Assemblée constituante vénézuélienne Diosdado Cabello, considéré comme le numéro deux du régime, il transportait des explosifs dissimulés dans divers objets. M. Cabello a accusé la TAP d'avoir violé les "normes internationales" en permettant à M. Marquez "d'emporter des explosifs" et de plus en occultant l'identité de Juan Guaido, reconnu comme président par intérim du Venezuela par près de soixante pays dont le Portugal, sur la liste des passagers. "La TAP ne comprend pas les raisons de cette suspension", a réagi la compagnie en se disant lésée par une mesure qui porte préjudice à ses passagers et en regrettant de ne pas avoir eu l'occasion de se défendre. Alors que la communauté d'émigrés portugais au Venezuela représente 300.000 à 400.000 personnes, la TAP est une des rares compagnies étrangères à maintenir ses opérations dans le pays que la plupart de ses concurrentes a commencé à fuir dès 2013, quand le prix du pétrole --source de 96% des devises du pays-- s'est mis à chuter. tsc/pmr/lpt

Issue 82