, AFP Haberleri - Soudan troubles manifestation politique armée Darfour conflit
AFP

Soudan troubles manifestation politique armée Darfour conflit June 12 2019 - 5:11 PM

Soudan: des ONG inquiètent d'un retrait de la mission de l'ONU au Darfour Nicosie, 12 juin 2019 (AFP) - Amnesty International et Human Rights Watch (HRW) ont exprimé leur inquiétude d'un retrait de la mission de l'ONU au Darfour (ouest), une région où sévit un long conflit, dans un contexte de répression accrue au Soudan en réponse à un mouvement national de contestation. "Il est difficile d'imaginer pire moment pour décider de mettre fin à la Minuad", la force de paix conjointe des Nations unies avec l'Union africaine (UA) au Darfour, a déclaré Jonathan Loeb, un conseiller de crise pour Amnesty. Alors que l'ONU doit se prononcer le 27 juin sur le sort de cette mission onusienne, l'ONG basée à Londres a affirmé détenir de "nouvelles preuves, notamment des images satellite, montrant que les forces gouvernementales soudanaises, y compris les Forces de soutien rapide (RSF) et des milices alliées, ont continué de commettre des crimes de guerre au Darfour". "Cela inclut la destruction partielle ou complète d'au moins 45 villages, des homicides et des violences sexuelles", a ajouté Amnesty dans un communiqué. Les RSF, présentées par certains comme un avatar des milices Janjawid du Darfour, sont également accusées par le mouvement de contestation d'être à l'origine de la dispersion sanglante, le 3 juin, du sit-in devant le QG de l'armée à Khartoum et de la répression qui a suivi. "Au Darfour, comme à Khartoum, nous avons été témoins de la brutalité des RSF face aux civils soudanais; la seule différence est qu'elles commettent des atrocités au Darfour depuis des années en toute impunité", a encore souligné Amnesty. Elle a demandé au Conseil militaire de transition de "retirer immédiatement les RSF de toutes les opérations de maintien de l'ordre ou d'application des lois, en particulier à Khartoum et au Darfour". Pour sa part, HRW a exhorté le Conseil de sécurité de l'ONU à "préserver les capacités" de la Minuad "à protéger les civils et à surveiller les violations des droits humains", plutôt que "de donner le feu vert à une diminution continue" de ses moyens. Neuf personnes ont été tuées lundi par des miliciens Janjawid au Darfour, selon un comité de médecins proche du mouvement de contestation qui secoue l'ensemble du Soudan depuis décembre. Les Janjawid sont accusées de multiples exactions au Darfour, où un conflit entre rebelles issus de minorités ethniques et pouvoir central a fait environ 300.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2003. Le niveau des violences a toutefois diminué ces dernières années. Les Janjawid ont en partie été absorbées par les RSF, dirigées par Mohammed Hamdan Daglo dit "Hemeidti", actuel numéro deux du Conseil militaire au pouvoir depuis la destitution le 11 avril, sous la pression de la rue, du président Omar el-Béchir. "L'instabilité politique au Soudan a inévitablement un impact sur le Darfour", a mis en garde HRW. bur/hc/on/gk

Issue 75