AFP

USA Irak diplomatie politique défense gouvernement,LEAD 24 February 2020 - 13:58

Irak: vote de confiance au gouvernement jeudi, Pompeo appelle le Premier ministre désigné ATTENTION - CHANGE d'origine, AJOUTE vote de confiance jeudi, un nouveau manifestant tué /// Bagdad, 24 fév 2020 (AFP) - Le Parlement irakien se réunira jeudi pour accorder ou non sa confiance au gouvernement du Premier ministre désigné Mohammed Allawi, que le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé à protéger les soldats américains en Irak. Alors que les négociations politiques sont toujours tendues et que les manifestants antipouvoir continuent de défiler à Bagdad et dans le Sud, le leader chiite Moqtada Sadr a déjà prévenu que si le Parlement n'accordait pas sa confiance au gouvernement cette semaine, il enverrait ses partisans assiéger la Zone verte, où se trouve le Parlement. Les négociations autour du gouvernement entre partis chiites et sunnites achoppent notamment sur la question des 5.200 soldats américains postés en Irak. Les premiers ont voté au Parlement leur expulsion tandis que les seconds réclament, avec les Kurdes, qu'ils restent notamment pour combattre les cellules clandestines du groupe Etat islamique (EI) dans le pays. Lundi, la présidence du Parlement a fixé la tenue du vote de confiance à jeudi. M. Pompeo --qui, lors d'un sommet à Munich (Allemagne), s'est montré en compagnie des dirigeants kurdes plutôt qu'en celle des autorités fédérales-- a appelé par téléphone M. Allawi à "protéger les diplomates, les forces et les installations des Etats-Unis et de la coalition" internationale anti-EI. M. Pompeo a aussi souligné "l'urgence avec laquelle le prochain gouvernement irakien doit mettre fin aux meurtres de manifestants (...) et répondre aux doléances" des protestataires, a ajouté dans un communiqué la porte-parole du département d'Etat américain, Morgan Ortagus. De son côté, le bureau de M. Allawi a décrit sa conversation avec M. Pompeo comme un appel de félicitations après sa désignation. Le département d'Etat américain n'a pas mentionné dans son communiqué de félicitations, qualifiant simplement M. Allawi de "nouveau Premier ministre". Depuis le 1er octobre, l'Irak est en proie à une révolte inédite émaillée par près de 550 morts et 30.000 blessés, surtout des manifestants. Dimanche soir, de nouveau, un manifestant a été tué par des tirs de grenaille près de la place Tahrir de Bagdad. Un photographe de l'AFP a récemment été touché par de tels tirs venus des rangs des forces de l'ordre. Les autorités, elles, assurent que des hommes armés non identifiés tirent autant sur les manifestants que sur les forces de l'ordre. L'ONU a dénoncé l'usage d'armes non réglementaires. Les relations entre l'Irak et les Etats-Unis sont au plus bas. L'assassinat à Bagdad sur ordre de Donald Trump du général iranien Qassem Soleimani et de son lieutenant Abou Mehdi al-Mouhandis, l'un des plus hauts commandants militaires de l'Etat irakien, a porté un rude coup. Avant cela, des dizaines d'attaques à la roquette contre des soldats et des diplomates américains --un Américain et un Irakien tués-- avaient envenimé la situation, de même que la menace du président Donald Trump d'imposer de lourdes sanctions économiques à l'Irak s'il expulsait ses troupes. sct-sbh/all

Issue 83